Lionel Kazan (1930-2016) est un photographe de mode monégasque, fils d’un immigré russe et d’une mère polonaise. Son travail est remarquable pour ses images publiées dans les années 1950, 1960 et 1970 dans différents magazines de mode français et américains.

Il a 12 ans quand il rencontre sur la côte d’Azur le réalisateur et photographe Marc Allégret. Ce dernier lui offre son premier appareil photo. Ce sera le début d’une passion déterminant une vocation pour les arts de l’image.

Formé à Paris à l’École Technique de Photographie et Cinématographie, il débute chez Condenast comme laborantin. Fin 1952, sa rencontre avec Hélène Lazareff est décisive. Commence alors une longue et belle collaboration avec le magazine Elle et le Femina Illustration. Il fera une centaine de couvertures pour Elle.

En 1956, Alex Liberman, directeur artistique du magazine américain Vogue, le sollicite pour travailler au sein du groupe Condenast. Début des années 1960, il rompt son contrat pour collaborer avec le rival de Vogue, le Harper’s Bazaar et renouer avec le magazine français Elle puis d’autres mensuels dont Marie Claire.

Au milieu des années 1970, Lionel Kazan arrête la photographie de mode pour se consacrer pleinement à la peinture.

Lionel Kazan (1930-2016) Rétrospective

La galerie ArtCube rend hommage à Lionel Kazan, photographe de mode et portraitiste injustement méconnu.

Dolores Hawkins, Glamour, juillet 1960

« 335 photos good mood », Cosmopolitan

Retour sur les années 1950 et 1960 avec les clichés frais et légers du photographe de mode Lionel Kazan. L'ouvrage dévoile une mode colorée, des mannequins souriants, des clichés inédits... Un livre qui fait du bien au moral.

lors du tournage de Bonjour Tristesse, Vogue

Tournage de « Bonjour Tristesse », Vogue

Le photographe Lionel Kazan immortalise le tournage du film "Bonjour Tristesse" d'Otto Preminger, adapté du roman de Sagan.

Lionel Kazan, l’œil de « ELLE »

De lui, Bettina Graziani disait : « Les photos de Lionel Kazan avaient de la classe, elles étaient intemporelles ». Ce livre et l'hommage touchant de sa fille l'attestent.